Logo Geosciences

Partenaires

CNRS
Logo Rennes1
Logo OSUR
Logo Doc OSUR

Géosciences Rennes
UMR 6118
Université de Rennes1
Campus de Beaulieu
35042 Rennes Cedex

02 23 23 60 76


Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


Accueil du site > Français > À la une > Les plus anciennes traces de la mousson asiatique remontent à40 millions d’années !

Les plus anciennes traces de la mousson asiatique remontent à40 millions d’années !

Guillaume Dupont-Nivet (Géosciences-Rennes, équipe Paléo-Archéomagnétisme) est co-auteur d’un article paru dans Nature sur les plus anciennes traces de mousson asiatique.

"La mousson est un phénomène climatique très actif aux basses latitudes, caractérisé par l’inversion saisonnière des vents aux marges des continents et par l’apport en été d’importantes précipitations d’origine océanique. Amplifiée par les caractéristiques du relief de la chaîne himalayenne et du Plateau Tibétain, qui favorisent la mise en place saisonnière de zones àintense précipitation, la mousson asiatique est l’une des plus connues et des plus étudiées. De nombreuses études accordent l’origine de ce phénomène àl’élévation progressive des massifs de l’Himalaya, estimé à25 millions d’années. Cependant, des études plus récentes montrent que le soulèvement de ces massifs est beaucoup plus ancien et commencerait peu après la collision de l’Inde avec l’Asie il y a environ 50 millions d’années. Dans un article publié dans la revue Nature, deux équipes internationales ont mis en commun leurs résultats obtenus de manière indépendante dans différentes régions d’Asie pour établir et documenter le possible fonctionnement de la mousson asiatique entre 50 et 25 millions d’années. La comparaison de ces données àdes simulations numériques du climat obtenues dans le cadre de l’étude révèle les processus et les mécanismes àl’origine de l’existence de ces moussons précoces. L’enjeu de cette étude est d’autant plus intéressant que la période ciblée, l’Eocène tardif, est caractérisé par une atmosphère riche en dioxyde de carbone (CO2), avec une concentration atmosphérique près de quatre fois plus élevée que la concentration moderne."

Pour en savoir plus :
- Asian monsoons in a late Eocene greenhouse world. A. Licht, M. van Cappelle, H. A. Abels, J.B. Ladant, J. Trabucho-Alexandre, C. France-Lanord, Y. Donnadieu, J. Vandenberghe, T. Rigaudier, C. Lécuyer, D. Terry Jr., R. Adriaens, A. Boura, Z. Guo, Aung Naing Soe, J. Quade, G. Dupont-Nivet, J.-J. Jaeger. Nature, 14 septembre 2014. DOI : 10.1038/nature13704

- Et sur le site de l’Université de Rennes 1

- Voir également le site de l’INSU (Institut National des Sciences de l’Univers]