Logo Geosciences

Partenaires

CNRS
Logo Rennes1
Logo OSUR
Logo Doc OSUR

Géosciences Rennes
UMR 6118
Université de Rennes1
Campus de Beaulieu
35042 Rennes Cedex

02 23 23 60 76


Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


Accueil du site > Français > Annuaire > CROISSANT Thomas > Thomas Croissant

Thomas Croissant



Doctorant-Moniteur

Email : thomas.croissant@univ-rennes1.fr

Equipe Géomorphologie quantitative

Sujet de thèse : Modélisation numérique de l’impact géomorphologique des grands tremblements de terre sur la dynamique des rivières : Application àla Faille Alpine, Nouvelle Zélande.

Directeurs de Thèse : Dimitri LAGUE, Philippe STEER, et Philippe DAVY.

Résumé : En zone montagneuse, de nombreux glissements de terrain sont générés par les tremblements de terre de forte magnitude (Mw > 8). L’évacuation progressive des sédiments dérivés des glissements de terrain de la zone épicentrale vers l’aval (plaine alluviale) cause des aléas hydro-sédimentaires tels que l’enfouissement de rivières, des inondations, des avulsions de rivières et une érosion accrue des berges. Les facteurs contrôlant les transferts de sédiments par le réseau hydrographique restent encore mal compris et n’ont pas été étudiés de façon quantitative faute de modèle numérique adéquat. Pourtant, outre les risques primaires associés àun tremblement de terre majeur, les risques posés par l’augmentation de la charge sédimentaire dans les rivières sont tout aussi importants de par leur persistance temporelle et de par les dégâts potentiels qu’ils peuvent provoquer. L’objectif de cette thèse est de développer un modèle numérique 2D permettant d’étudier les transferts de sédiments du bassin versant jusque dans la plaine alluviale suite àun déclenchement massif de glissement de terrain. Ce modèle permettra d’aborder ces processus sous un angle fondamental en étudiant les facteurs contrôlant l’export de sédiments et servira de base pour la prédiction de risques. La côte Ouest de l’île du Sud de la Nouvelle Zélande présentant un contexte tectonique et climatique extrême fait partie des régions les plus exposées àde tels risques. En effet, la faille Alpine rompant avec une fréquence de 250 à350 ans et dont le dernier évènement majeur date d’environ 300 ans (1717), représente un très bon cas d’application du modèle.