Logo Geosciences

Partenaires

CNRS
Logo Rennes1
Logo OSUR
Logo Doc OSUR

Géosciences Rennes
UMR 6118
Université de Rennes1
Campus de Beaulieu
35042 Rennes Cedex

02 23 23 60 76


Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


Accueil du site > Français > À la une > Une collision en deux étapes entre l’Inde et l’Asie ?

Une collision en deux étapes entre l’Inde et l’Asie ?

Guillaume Dupont-Nivet, du laboratoire Géosciences-Rennes, au sein de l’Equipe Paléo-archéomagnétisme, a co-signé un article qui ouvre de nouvelles perspectives sur la collision Inde-Asie, dans les Proceedings of the National Academy of sciences of the United States.

"La convergence et la collision continentale entre l’Inde et l’Asie ont conduit àla formation de la chaine de l’Himalaya et du plateau tibétain. Une des plus anciennes controverses des sciences de la Terre est de savoir comment la convergence respective entre les plaques tectoniques de l’Inde et de l’Eurasie àété accommodée depuis le début de la collision il y a environ 50 millions d’années. Cette convergence est précisément établie à 3600 kilomètres grâces aux reconstructions géodynamiques basées sur les anomalies magnétiques marines. Or, le raccourcissement de la croà»te du Tibet et de l’Himalaya est beaucoup plus petit. Il est estimé à 1250 km par les reconstructions basées sur la géologie structurale. En d’autres termes, 2350 km de croà»te ont disparus sans laisser de traces àla surface. Dans cet article, nous présentons des données paléomagnétiques qui montrent que l’écart entre la convergence et le raccourcissement peut être expliqué par la subduction d’un océan jusque-làinconnu. Une première collision à 50 millions d’années se fait avec un micro-continent qui a été séparé de l’Inde par un océan de plus de 2000 km de large. La subduction de cet océan entre 50 et 25-20 millions d’années, plus aisée que la subduction d’un continent, permet d’expliquer l’absence d’enregistrement en surface de la convergence. La réelle collision Inde-Asie, débutant à25-20 millions d’années, explique l’initiation des déformations majeures généralisées en Asie centrale. En outre, cela coïncide avec une augmentation soudaine de l’intensité des moussons dans la région. Enfin, ce scenario est en accord avec la géométrie des plaques subductées dans le manteau mise en évidence par tomographie sismique."

JPEG - 175.8 ko
Yarlung-Tsangpo : séparation entre l’Inde et l’Asie

Voir le résumé sur le site de l’éditeur

Voir l’article sur le site des Proceedings of the National Academy of sciences