Logo Geosciences

Partenaires

CNRS
Logo Rennes1
Logo OSUR
Logo Doc OSUR

Géosciences Rennes
UMR 6118
Université de Rennes1
Campus de Beaulieu
35042 Rennes Cedex

02 23 23 60 76


Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


Accueil du site > Français > Les annonces de séminaires et thèses > Soutenance de thèse de Christoff ANDERMANN

Soutenance de thèse de Christoff ANDERMANN

Date : 19 octobre 2011, 15h

Titre : Climat, topographie et érosion au Népal (Himalaya) = Climate, topography and erosion in the Nepal Himalayas.

Lieu : Salle des Thèses, Campus de Beaulieu (bât. 1)

Résumé : Cette thèse porte sur le rôle des précipitations sur l’érosion et la formation des reliefs dans l’Himalaya népalais. J’étudie chaque étape du processus d’érosion : 1) Evaluation des bases de données de précipitations, 2) Transfert des précipitations au débit fluvial, 3) Mobilisation et transport du matériel dans le bassin versant, et enfin 4) Mécanismes d’érosion sur de longues échelles de temps. Pour cela, j’exploite diverses bases de données telles que des données de précipitations, débit de rivières, concentrations de sédiments en suspension et analyses de nucléides cosmogéniques. Je montre que la base de données de précipitations obtenue par interpolation de données pluviométriques est la plus performante pour la région de l’Himalaya. Je démontre l’importance d’une composante majeure, jusqu’alors ignorée, du cycle de débit de l’Himalaya que j’identifie comme étant les aquifères de sous-sol fracturé, et j’évalue la contribution de la fonte des neiges et glaces aux rivières Himalayennes. Les taux d’érosion calculés àpartir des flux de sédiments en suspension et des analyses de nucléides cosmogéniques varient de 0.1 à6 mm/a. Les rivières au Népal sont limitées par l’apport sédimentaire alors que les versants, en tant que source de sédiments, sont limités par le transport. Enfin, je montre que l’érosion sur des milliers d’années ne dépend des précipitations, mais du relief.

This thesis deals with the role of precipitation on erosion and landscape formation in the Nepal Himalayas. I investigate all successive steps involved in the erosion process : 1) Starting from the evaluation of precipitation datasets, 2) the transfer of precipitation to river discharge, 3) the mobilization and transport of material out of the mountain range, 4) and finally, erosion constrains over longer time-scales. In order to make this possible I will exploit multiple datasets such as precipitation, river discharge, suspended sediment concentrations of rivers and cosmogenic nuclide analysis. I show that the dataset derived from the interpolation of rain gauge data performs best in the Himalayas. With the evaluation of precipitation data, I set the basis for the further analysis in order to better understand erosion processes. I demonstrate the importance of an until now unconsidered, major compartment of the Himalayan discharge cycle, which I identify as a fractured basement aquifer, and estimate the snow and ice melt contribution to the Himalayan rivers. Erosion rates calculated from suspended sediment fluxes and cosmogenic nuclide analysis range between 0.1 and 6 mm/yr. The rivers in the Nepal Himalayas are supply limited and the hillslopes as contributing source are transport limited. Last I show that over several thousand years erosion is not related with precipitation, but with relief, and I demonstrate that the landscape in the Himalayas is not in equilibrium.