Logo Geosciences

Partenaires

CNRS
Logo Rennes1
Logo OSUR
Logo Doc OSUR

Géosciences Rennes
UMR 6118
Université de Rennes1
Campus de Beaulieu
35042 Rennes Cedex

02 23 23 60 76


Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


Accueil du site > Français > Services techniques et administratifs > Services généraux > Documentation, Communication & Collections > Collections - Musée > Les collections de Minéralogie

Les collections de Minéralogie

Les collections de minéralogie



jaspe1_75 disthène1_75 girasol1_75 pyrite1_75


-page en cours de construction-


La minéralogie, comme les autres sciences géologiques, est avant tout fondée sur l’observation. En dehors des gisements naturels (côtes, chaînes de montagnes,...) ou artificiels (carrières, mines,...), souvent difficiles d’accès, seules les collections, publiques ou privées, donnent la possibilité au plus grand nombre d’avoir àdisposition de nombreux échantillons permettant, pour chaque espèce, l’étude des diverses propriétés, des associations ou plus simplement l’accès àun monde merveilleux de formes et de couleurs, le règne minéral.
Il est illusoire de vouloir systématiquement conserver les minéraux dans leur contexte de cristallisation, compte tenu des nécessités de l’exploitation dans les mines et les carrières, de l’altération atmosphérique et de la végétation dans les gîtes superficiels, de l’attrait des quelques sites protégés tout désignés aux pilleurs. Les collections, malgré les problèmes de conservation et de présentation qu’elles posent, constituent la seule méthode de sauvegarde des échantillons formant les bases pratiques de la minéralogie et de nombreuses disciplines connexes ou dérivées.
A cet égard, la collection de minéraux de Géosciences Rennes dans le cadre de son musée est, en Bretagne, remarquable.

Elle trouve son origine dans les objets et minéraux rassemblés par le Marquis de Robien, président du Parlement de Bretagne, dans son Cabinet d’Histoire Naturelle , au début du 18ème siècle. Légués àson fils, ils deviennent propriété de l’Etat puis du Département, suite aux lois du Comité de Salut public de 1792. Ils servent de premier fonds au Muséum d’Histoire naturelle créé en 1794 dans les locaux de l’ancien évêché de Rennes. En 1805, cet ensemble plutôt hétéroclite revient àla Ville de Rennes et est transféré, quelque dix ans plus tard dans le Présidial de l’hôtel de ville. Les minéraux y restent entreposés sans grand ordre. En 1840 est créée la Faculté des sciences qui occupe également des locaux dans l’Hôtel de ville. Elle se voit attribuer une partie de la collection de minéraux du Muséum, ce dernier continuant son existence "précaire".

Les deux collections coexistent jusqu’au départ en 1855 de la faculté pour le Palais universitaire. Elles se développent alors séparément, pour la faculté sous l’impulsion de Durocher premier professeur titulaire de la chaire de géologie et minéralogie et pour la ville de Rennes, grâce àla Société des sciences physiques et naturelles du département d’Ille-et-Vilaine.

En 1873, les diverses collections sont ànouveau regroupées sous la responsabilité de Rouault chargé de leur présentation dans le Palais universitaire. C’est le véritable essor du Muséum d’histoire naturelle de la Ville de Rennes. les premiers apports minéralogiques d’importance sont les collections Aussant puis Toulmouche (1876). Avec l’arrivée de Bézier comme conservateur du muséum (1887), le volume des dons s’amplifie rapidement, la présentation des minéraux s’améliore. Les principales acquisitions sont, en 1888, la collection de l’ingénieur Maudet (nombreux minerais), en 1905 la très importante collection Baret qui, avec près de 3600 pièces, constitue le plus beau fonds actuel de Géosciences.

Ce n’est qu’après le départ des facultés du Palais universitaire, en 1910-11, que le Muséum est totalement réorganisé et les minéraux présentés dans une grande salle de minéralogie (galerie Charles-Baret). Parallèlement, la faculté des sciences "émigrée" de l’autre côté des quais àpartir de 1898, développe ses propres collections minéralogiques grâce surtout aux efforts du professeur Kerforne (échantillons d’origine régionale).

En 1928, la collection du Muséum est riche d’environ 10 000 spécimens, celle de la faculté n’étant pas dénombrée. En 1937, l’Institut de géologie créé par le professeur Milon s’installe dans ses propres locaux de la rue du Thabor. La collection générale de minéralogie y est établie dans une salle du sous-sol tandis que minéraux et minerais régionaux sont présentés àpart dans la salle Durocher.

Ces ensembles évoluent peu jusqu’àla guerre, époque àlaquelle le Musée d’histoire naturelle de la ville de Rennes est démantelé ; les collections sont dispersées vers la faculté et l’Institut de géologie où elles viennent utilement appuyer l’enseignement de la minéralogie. A partir de 1967, la nouvelle implantation de la Faculté de sciences sur le campus de Beaulieu impose un regroupement de toutes les collections de minéralogie. Celui-ci ne sera définitif qu’après le déménagement de l’Institut en 1972.

Avec la création en 1974 d’un poste de Conservateur des collections de l’Institut de Géologie de Rennes, débute le recollement, l’inventaire et la nouvelle mise en valeur des échantillons minéralogiques qui étaient totalement dispersés, au sein même du laboratoire où ils étaient encore pour certains emballés dans des caisses, mais également dans divers bureaux de l’université où ils servaient d’objets décoratifs. Cette politique se concrétise en 1978-79 par l’équipement des locaux d’enseignement de géologie situés dans le bâtiment 5 sur le campus de Rennes-Beaulieu de grandes vitrines verticales qui réalisent une galerie de minéralogie tout àfait conforme, pour l’époque, aux normes de la muséologie moderne. Aujourd’hui ce sont près de 20 000 minéraux qui figurent au catalogue.

La galerie de minéralogie


bityite475


La galerie a été rénovée en 1995 lors de la mise aux normes des locaux et de la réalisation du Musée de Géologie. Aujourd’hui, riche de 11 vitrines largement éclairées, elle expose près de 1000 spécimens minéralogiques correspondant àenviron 250 espèces en provenance des gisements les plus connus dans le monde entier et des localités les plus classiques du Massif armoricain. Les minéraux y sont rangés de façon pédagogique par grandes familles cristallochimiques ; pour chacun d’entre eux sont mentionnés le système cristallin et le lieu de provenance. Cette collection de bon niveau apporte un complément utile àla connaissance des minéraux réalisée sous le microscope par les étudiants. Pour les visiteurs peu avertis elle permet de découvrir le "règne minéral" avec ses formes géométriques parfois surprenantes et ses couleurs particulières. Une vitrine spécifique présente les minéraux extraits d’anciennes mines de Bretagne (Pont-Péan, La Villeder, Montbelleux) et de régions voisines (La Lucette).

La collection pédagogique

Essentiellement dédiée aux étudiants, elle consiste en une série de spécimens représentatifs des familles (Natifs, oxydes, carbonates, silicates,...) placés dans les tiroirs de la salle Durocher. Elle est riche d’environ 560 échantillons.

La collection de minéralogie générale

Les principales collections minéralogiques
(par ordre alphabétique)


- Baret Charles : collection de minéralogie générale et minéraux de Loire Atlantique
- Bézier Toussaint : minéraux de Bretagne
- Brun André : minéraux de Loire Atlantique
- Chanu de Limur Louis (Comte de Limur) : minéraux du Morbihan et sites voisins
- Davy Louis : minerais du Massif armoricain –surtout minerais de fer- et minéralogie générale
- De Robien : objets en agate
- Kerforne Fernand : minerais de fer du Massif armoricain
- Maudet Léon : minerais du Laurion (Grèce) et de Pont-Péan
- Milon Yves : minéraux et minerais du massif armoricain
- Toulmouche Adolphe : minéralogie générale (338 références)


agate475 amazonite475 barytine475 wavellite475 améthyste475


* Certains spécimens des collections minéralogiques ont été figurés dans :


- PLAINE J. 2010- in Histoire géologique de la Mayenne, éd. Errance, 359p.

- JONIN M. 2008- Géodiversité en Bretagne, un patrimoine remarquable, Cahiers naturalistes de Bretagne, éd. Biotope, 160p.

- LUKAS Y. & ROLET J. 2001- Bretagne - Beaux minéraux, belles roches, éd. Palantines, 127p.

- DAIN Y. et coll. 2001- Les Minéraux et la Géologie de La Villeder, Le Règne minéral, hors série VII, 62p.

- PLAINE J. 1999- Regard sur les collections géologiques de Bretagne, Penn ar Bed, n°173-174,91-102.

- LUKAS Y. 1979- Roches et minéraux de Bretagne, éd. Ouest-France, 32p.

- TEXIER P.-J. 1979- Minéraux des Alpes, éd. Ouest-France, 32p.


calcitejaune475 grenat475 smithsonite475 fluorite475 sodalite475