Logo Geosciences

Partenaires

CNRS
Logo Rennes1
Logo OSUR
Logo Doc OSUR

Géosciences Rennes
UMR 6118
Université de Rennes1
Campus de Beaulieu
35042 Rennes Cedex

02 23 23 60 76




Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


Accueil du site > Français > Les équipes > Equipe Terre, Temps, Traçage > Présentation de l’Equipe Terre, Temps, Traçage

Présentation de l’Equipe Terre, Temps, Traçage


NEWS

Marc Poujol et Philippe Boulvais organisent l’Ecole thématique du CNRS "Ressources minérales : la vision du géologue" àl’OSU du 8 au 11 Septembre 2014.


________________________________




Les premières datations U:Pb par ICP-MS Laser àRennes !

Equipement co-financé par l’Union Européenne (FEDER)


Membres de l’équipe

Thèmes de recherche

Principaux résultats récents

Principales collaborations

Contrats

Membres de l’équipe Terre, Temps, Traçage (T3)

Chercheurs, Enseignants Chercheurs et personnel technique permanents
Ballèvre Michel PR. Directeur Géosciences Rennes Tectonique - Pétrologie métamorphique
Bavais Dominique AI Electronique
Boulvais Philippe MdC Géochimie des isotopes stables
Gallagher Kerry PR Thermochronologie BT - Modélisation numérique
Gautier Pierre MdC Tectonique
Hallot Erwan MdC Pétrologie magmatique
Jolivet Marc CR. Responsable T3 Thermochronologie BT - Tectonique
Peucat Jean-Jacques DR (Retraité) Géochronologie - Géochimie isotopique
Pitra Pavel MdC Pétrologie métamorphique
Poujol Marc MdC Géochronologie U-Pb
Ruffet Gilles CR Géochronologie Ar/Ar
Vilbert David Tech Géochimie isotopique
Post Doctorants et ATER
Manzotti Paola Post Doc Pétrologie métamorphique - Tectonique
Thèses en cours
DoctorantsEncadrants
Ballouard Christophe M. POUJOL/M. JOLIVET
Bonnevalle Laure T. AIFA/E.HALLOT
Heilbronn Gloria M. JOLIVET
Quesnel Benoit PH. BOULVAIS / P. GAUTIER

Thèmes de recherche

Le but de notre groupe est de comprendre les interactions entre les processus géologiques fondamentaux tels que magmatisme, métamophisme, circulation de fluides àl’échelle de la croà»te ou plus locale et les ressources associées, tectonique et évolution du paysage. Ceci se fait grâce àdes travaux de terrain mais aussi de laboratoire et de modélisation numérique en complément de la mise en oeuvre d’une vaste palette de méthodes analytiques àla fois géochimiques et géochronologiques afin de contraindre l’âge absolu, la durée et l’intensité de ces processus.

Les objets géologiques abordés sont les chaînes de montagnes, tant récentes qu’anciennes, les marges passives ou actives, ou les cratons. Plus spécifiquement les travaux en cours s’intéressent àde telles zones en Mongolie, Afrique du Sud, Angola, Congo, Brésil, Argentine, Pérou, Grèce, Bulgarie, Turquie, Norvege, Groenland, Finlande, Canada, Inde, Terre Adélie et Côte d’Ivoire et bien sà»r France (Bretagne, Pyrénées, Alpes, etc..).

Les travaux de recherche s’orientent autour de trois grands thèmes :

• Datation de phénomènes géologiques (Géochronologie, Thermochronologie)

• Traçage des fluides géologiques dans la croute (Pétrologie, Isotopes stables, Géochronologie§)

• Chemins pression-température-temps (Pétrologie, Géochronologie,Tectonique)

Datation de phénomènes géologiques

L’équipe T3 s’intéresse àla datation de phénomènes géologiques très variés depuis les basses températures (traces de fissions, (U-Th)/He) jusqu’aux hautes températures (U-Pb, U-Th-Pb, Sm-Nd, Rb-Sr) en passant par les moyennes températures (40Ar-39Ar), ce qui en fait une structure unique en France. De plus, grâce àl’utilisation de techniques de datation in-situ (LA-ICP-MS, Nano SIMS) nous pouvons aussi nous intéresser àla datation U-Pb ou U-Th-Pb d’objets de très petites tailles et/ou complexes.

Premier âge U-Pb obtenu sur la Nano-SIMS de Rennes sur le zircon standard Kipawa (Tartèse, Poujol)

Les méthodes de thermochronologie basse température (traces de fission et (U-Th)/He sur apatite et zircon) ont été appliquées àl’évolution des chaines de montagne et des marge passives, tant du point de vue morphologique (évolution du relief) que structural (âge de la déformation, évolution des structures tectoniques, etc). Ces travaux ont été menés principalement en Asie Centrale (Mongolie, Sibérie), dans les Pyrénées, Scandinavie (Norvege, Groenland) et Brésil.

Traçage des fluides géologiques dans la croà»te

Au sein de l’équipe T3, plusieurs synergies ont émergé ces dernières années visant àmieux caractériser les circulations des fluides(conditions PT, origine des fluides, source des éléments) ou leurs conséquences (transferts d’éléments, minéralisations, impact sur les systèmes géochronologiques) et àles dater.

Une des thématiques développées par l’équipe T3 concerne également la datation des circulations de fluides et la signification des âges obtenus. Cella passe en particulier par l’étude de l’impact des fluides et/ou de la déformation sur l’ouverture des systèmes isotopiques K-Ar et U-Pb, par la caractérisation minéralogique (néo/recristallisations), géochimique et structurale d’objets géologiques dans un gradient de déformation. En effet, le lien entre fluides et géochronologie 40Ar-39Ar et/ou U-Th-Pb est une problématique importante pour la compréhension des processus susceptibles de perturber le fonctionnement de ces systèmes isotopiques, éventuellement indépendamment de la déformation.

 Amas de monazites automorphes cristallisées dans une texture de fracturation hydraulique affectant le granite albitisé de Lansac (Massif hercynien de l’Agly, Pyrénées). Les monazites sont zonées, enrichies en Ca en fin de cristallisation. Cet enrichissement est à relier à l’augmentation de l’activité de Ca dans le milieu, enregistrée également par la précipitation de calcite dans la texture de fracturation. Ces monazites ont donné un âge de 100 Ma, associant l’albitisation d’échelle régionale à l’histoire Crétacé des Pyrénées (Poujol et al, 2010)

Finallement, les mécanismes de transport et de mise en place des fluides, tout particulièrement ceux concernant les magmas dans différents contextes tectoniques, ont fait l’objet de simulations expérimentales au laboratoire de modélisation analogique

Chemins pression-température-temps

Construction des chemins

Les chemins pression-température-temps permettent le traçage des roches dans l’espace au cours du temps : ils constituent par conséquent des éléments clés aussi bien pour la compréhension géodynamique que pour l’étude des processus mis en jeu. Leur détermination devient de plus en plus précise en particulier grâce aux logiciels thermodynamiques, dont la maîtrise et l’utilisation requièrent une expérience des données thermodynamiques et des modèles de solution solide. Le couplage effectué avec les datations et le modélisations numériques, qui implique une forte composante méthodologique sur la significations des âges àpermis d’éclaircir l’évolution géodynamique de la chaîne hercynienne, de celle du Rhodope ou encore du Paléoprotérozoïque en Côte d’Ivoire. Une autre methodologie d’interet est pour regarder des successions sédimentaires, qui permettent le cas échéant de remonter aux sources des matériaux détritiques, par une analyse combinée de leur âge (paléontologique) et de leur milieu de dépôt et de l’âge des muscovites et zircons détritiques.

Modélisation des chemins

Les données P-T-t sont aujourd’hui indispensables aux modélisateurs car elles permettent d’apporter des contraintes supplémentaires aux modèles, en plus de l’étude de la topographie, de la morphologie ou encore de la déformation.

Principaux résultats récents :

La production scientifique de l’équipe T3 depuis 2006 représente 105 publications de rang A, soit une moyenne de 2,6 publications par an et par chercheur permanent.

1. Datation d’objets géologiques

Les applications de la méthode U-Pb sur minéraux accessoires ont été variées aussi bien thématiquement que géographiquement avec des travaux concernant l’âge de mise en place de granitoïdes en Afrique Australe (Kisters et al., 2010 ; Johnson et al., 2006), en Inde Chardon et al., 2008 ; Jayananda et al., 2008 ; Jayananda et al., 2006), au Brésil (Barbosa et al., 2008 ; de Souza et al., 2006), au Canada (Leonard et al., 2006) ou en Antartique (Durlaux et al., 2008 ; Gapais et al., 2008 ; Menot et al., 2007) afin d’en tirer des conséquences géodynamiques (croissance crustale en particulier) sur l’évolution de ces régions. En domaine magmatique les études de terrain révèlent souvent l’importance d’obtenir des données géochronologiques précises et interprétables avec le minimum d’ambiguïté, pour pouvoir discuter au mieux des mécanismes mis en jeu, tout particulièrement lorsque les magmas sont transportés et mis en place pendant des déformations tectoniques (par exemple Gautier et al, 2008). D’autres travaux (thèse R. Tartèse, M2 de J-C. Poilvet) en cours de publication, se sont ainsi intéressés au problème de la datation de la mise en place des leucogranites (et plus particulièrement syntectoniques) dans le Massif Armoricain et dans la Montagne Noire. Ces travaux démontrent une fois de plus la difficulté de dater ce type de granites syntectoniques très évolués par U-Pb sur zircons (même àpartir de techniques in-situ) mais ont révélé le potentiel très intéressant de la datation des monazites, même si ce minéral peut avoir un comportement complexe lorsque des fluides circulent (voir thématique suivante). D’autres travaux basés sur la méthode U-Pb se sont intéressés àl’âge de dépôts de ceintures de roches vertes en Afrique du Sud (Dziggel et al., 2010 ; Poujol et al., 2008) ou àla provenance de sédiments archéens (Dziggel et al., 2006).

La datation des roches volcaniques, hypovolcaniques et granitiques est l’un des domaines de prédilection de la méthode 39Ar-40Ar. De multiples études géochronologiques sur roches granitiques (séquences de mise en place du Leucogranite de Ste Catherine (Marcoux et al., 2009)) ou volcaniques/hypovolcaniques ont été réalisées, en lien avec la déformation (mise en place de magmas en contexte compressif, Bassin de Neuquen, Argentine (Gallant et al., 2007b ; Rodriges et al., 2009), la maturation des hydrocarbures (Impact du volcanisme sur la maturation des hydrocarbures, Neuquen, Argentine (Rodriges et al., 2009), les migrations des dorsales océaniques (Islande), le calage temporel de séries sédimentaires (Chili (Dabard et al ., 2008) ou volcaniques (Pérou, Turquie (Bozkurt et al., 2009), Cameroun).

• En utilisant thermochronologie basse témperature en Asie nous avons démontré que, si la tectonique Tertiaire a produit des chaines de montagnes exceptionnelles de part leur étendue et leur relief, l’épisode majeur de déformation précédent au Trias – Jurassique (l’accrétion des blocs Cimmériens) a été tout aussi important (Vassallo et al., 2007 ; Roger et al., 2008, 2010a,b sous presse ; Jolivet et al., 2009, 2010 sous presse). Nous avons aussi montré que cette orogénèse Mésozoïque a fortement structuré la croà»te voire la lithosphère et que nombre de ces structures ont joué ou jouent un rôle localisant dans l’évolution de la déformation Tertiaire (Jolivet et al., 2010 sous presse). Enfin, l’un des résultats majeurs apporté par la thermochronologie basse température en Asie Centrale est la mise en évidence d’une période de quiescence tectonique exceptionnelle qui s’étend depuis le Jurassique inférieur àmoyen (200 – 170 Ma) jusqu’àla fin du Crétacé ou le début du Paléogène (Jolivet et al., 2007, 2009, 2010 sous presse). Dans les Pyrénées, la thermochronologie traces de fission associée àla tectonique et àla sédimentologie a permis de préciser la chronologie de l’évolution du prisme d’accrétion continental qui forme cette chaine. Nous avons notamment mis en évidence des déformations tardives (entre 1 et 16 Ma) àl’intérieur de la Zone Axiale (Jolivet et al., 2007) ainsi que des chevauchements en hors séquence dans le bassin d’avant chaine sud. Ces résultats remettent en cause la chronologie et le mode de propagation de la déformation considérés jusqu’ici. En Scandinavie, on a demontré que les données utilisées pour soutenitr le modele typique (soulevement Neogene pour les montange de Norvege du sud) sont expliquer avec un modèle (ICE) plus simple qui n’implique que d’érosion lente pendant 300 Ma, et un modification recent par le glaciation Quaternaire (Nielsen et al. 2009, 2009, 2010). Des projets se sont intéressés àla datation de l’altération supergène par analyses 40Ar/39Ar d’oxydes de manganèse, l’un des rares outils permettant de dater des variations paléoclimatiques, des phases d’altération ou d’érosion et donc des paléosurfaces, avec des travaux sur le site de Tambao (Burkina Faso (Beauvais et al., 2008), en République Démocratique du Congo, en Tunisie ou dans le Massif des Ardennes Belges.

Finalement, dans le cadre de modelisation inverses , on a developpé des methodes et outils pour l’inversion des distributions des ages (souvent detritique) pour trouver les composantes (Jasra et al. 2006), et pour reconstruire les histoires thermiques en 3D (Gallagher et al. 2006, Stephenson et al. 2006). On est en train de développer des logicels (user-friendly) qui seront disponible pour la communauté.

2. Traçage des fluides géologiques dans la croute

Les travaux concernant cette thématique ont été menés dans des contextes variés (magmatique : Tartese et Boulvais, 2010 ; Durand et al., 2009 ; Durand et al., 2006 ; métamorphique : Réfs. Jaguin et al., 2010 ; Poujol et al., 2010 ; Bosse et al., 2009 ; Durand et al., 2009 ; Le Hébel et al., 2008 ; Pitra et al., 2008 ; Boulvais et al., 2007 ; Boulvais et al., 2006 ; Durand et al., 2006 ; Sasiier et al., 2006 ; de minéralisation : Dziggel et al., 2010 ; Jaguin et al., 2010 ; Poujol et al., 2010 ; Decrée et al., 2009 ; Saalmann et al., 2009 ; Marcous et al., 2008, Gloaguen et al., 2007 ; de basse Température : Réfs. Decrée et al., 2009 ; Rodriges et al., 2009 ; Boulvais et al., 2007 ; Elie et al., 2007 ; Fourcade et al., 2007 ; Révillon et al., 2007). En parallèle, le pôle Isotopes Stables de l’équipe est resté impliqué dans les problématiques de gestion des déchets radioactifs en milieu naturels (Elie et al., 2007 ; Fourcade et al., 2007 ), où la caractérisation des paléo-circulations de fluides est primordiale, via des collaborations avec les équipes nancéennes (programme FORPRO) ou nîmoises (programme TRASSE).

En regardent le circulation des fluids et la signification des ages obetnus, nos premiers résultats obtenus sur les leucogranites et minéralisations associées du CSA (thèse R Tartèse), les albitites des Pyrénées (Poujol et al., 2010 ; figure 2) et sur les leucogranites de la Montagne Noire (M2 JC Poilvet), démontrent par exemple que la réponse du système U-Pb dans les phases minérales les plus souvent utilisées pour dater le magmatisme et le métasomatisme (zircon et monazite) varie en fonction des environnements étudiés. En particulier, les systèmes U-Pb des monazites et K-Ar des muscovites semblent être très sensible àla circulation de fluides. Cela signifie que dans certaines conditions, la monazite ou la muscovite ne peuvent pas être utilisées pour dater la mise en place de magmas. Le couplage des chronomètres U-Th-Pb et K-Ar dans ces contextes bien particuliers semblent en tout cas offrir une des approches les plus prometteuses qui sera développée plus en avant au sein de l’équipe au cours des années avenir. Les mécanismes de transport et de mise en place des magmas dans différents contextes tectoniques, ont fait l’objet de simulations expérimentales au laboratoire de modélisation analogique (Galland et al., 2006 ; 2007a ; 2008) parallèlement ou non àdes études de cas naturels (par exemple : Paquet et al. 2007, Galland et al. 2007b, Masquelin et al., 2009 ; Tartèse et Boulvais, 2010 ;)

3. Chemins pression-témperature-temps

Les modélisations numériques des assemblages métamorphiques ont, par exemple, permis de caractériser l’évolution poly-orogénique du Grand Paradis (Alpes occidentales) (Le Bayon et al., 2006) ainsi que de mettre en évidence le gradient de métamorphisme inverse dans le complexe de Champtoceaux, c’est-à-dire sur l’une des sutures majeures de la chaîne hercynienne (Pitra et al., 2010). Le couplage effectué avec les datations, qui implique une forte composante méthodologique sur la significations des âges (par ex. le rôle des fluides : Bosse et al., 2009) ou celui de la déformation (Malo et al., 2008 ; Castonguay et al., 2007) ont àpermis d’éclaircir l’évolution géodynamique de la chaîne hercynienne (Ballèvre et al., 2009 ; Pitra et al., 2010a), de celle du Rhodope (Bosse et al., 2009), des Appalaches (Castonguay et al., 2007, Malo et al., 2008) ou encore du Paléoprotérozoïque en Côte d’Ivoire (Pitra et al., 2010b).

Microphotographie en lumière polarisée, non analysée, d’une couronne symplectitique à plagioclase-orthopyroxène développée entre le grenat a le clinopyroxène primaires lors de la reprise à basse pression d’une granulite Paléoprotérozoïque de haute pression de Côte d’Ivoire (Pitra et al., 2010).

Le paramètre « déformation  », au même titre que le paramètre « fluide  » est de première importance lorsque l’on souhaite dater des objets géologiques dans un gradient de déformation. Jusqu’àune époque récente, la notion d’âge en sciences de la terre faisait référence àun événement ponctuel dans le temps que l’on supposait régi par la température, ce paramètre gouvernant la diffusion au sein d’un système considéré comme “ chimiquement stable †. Grâce àl’analyse haute résolution, tout particulièrement avec les sondes laser 39Ar-40Ar, on sait désormais que l’un des concepts dominants de ces dernières décades en géochronologie - le concept d’âge de refroidissement et de température de fermeture - n’est plus suffisant pour interpréter une « date  ». Ce concept d’âge de refroidissement est discutable i) lors de circulations de fluides (voir précédemment) ii) mais également en contexte cinématique. Les micas blancs qui sont de parfaits enregistreurs de la déformation, voient la stabilité de leurs assemblages et/ou propriétés mécaniques, et donc probablement les paramètres de diffusion des gaz (argon…), contrôlés par l’intensité de la déformation. Les minéraux, ou des domaines àl’intérieur de ces minéraux, deviennent-ils des chronomètres lorsqu’ils cristallisent, recristallisent ou cessent de recristalliser, ou bien lorsqu’ils passent par des températures critiques ?

Les chantiers 39Ar-40Ar en lien avec cette thématique ont été multiples :Appalaches (Mt Sutton (Castonguay et al., 2007), Gaspésie (Malo et al., 2008), Ophiolites du Québec, Chaine hercynienne du Massif Armoricain (Nappe de Champtoceaux (Pitra et al., 2010a)),Tienshan (NW Chine) (Wang et al., 2010 ; De Jong et al., 2008b), Sakaigawa (Peninsule de Kii, Japon) (De Jong et al., 2008a), Rhodope (Grèce, Bulgarie) (Bosse et al., 2009),Terre Adélie (Antarctique) (Duclaux et al., 2008), Menderes (Turquie), Dulaan Uul, Nartyn, Delgerhet, Ereendavaa, Buteel (Mongolie), Ophiolite de Mirdita (Albanie).

Les successions sédimentaires permettent le cas échéant de remonter aux sources des matériaux détritiques, par une analyse combinée de leur âge (paléontologique) et de leur milieu de dépôt (Ducassou et al., 2009 ; Ballèvre et al., 2010), et de l’âge des muscovites et zircons détritiques (Ducassou, 2010). Dans ce dernier cas, il a été montré (i) l’existence d’un arc volcanique dévonien, antérieur àla collision hercynienne, et (ii) la remobilisation constante de sources protérozoïques, cambriennes et ordoviciennes jusqu’au dernier moment (Namurien), où apparaissent alors massivement les roches métamorphiques hercyniennes.

Dans le cas de l’étude des mécanismes d’exhumation des roches métamorphiques de HP-UHP, les données P-T-T ont permis de préciser les conditions thermo-mécaniques de la convergence lithosphérique selon les différents types de zones de convergence (subduction océanique, subduction continentale), mais aussi pour les différent matériaux (sédiments, croà»te océanique et croà»te continentale) qui peuvent y être impliqués (e.g. Agard et al., 2009, Yamato et al. 2007, 2008, Husson et al., 2009).

Résultats de la thermobarométrie multi-équilibre (à l’aide de THERMOCALC) sur les granulites Paléoprotérozoïques de haute pression (M1) de Côte d’Ivoire, affectées par une étape métamorphique de basse pression (M2 ; Pitra et al., 2010). Les résultats illustrent l’importance de l’effet de l’activité de l’eau et confirment les faibles activités d’eau (environnement sec) attendues lors du deuxième événement rétrograde.

Collaborations principales

• Collaborations externes nationales

Université de Brest, Université Paris 6, Géosciences Montpellier, CEREGE, Université Savoie, ISTO Orléans, IPGP, Magmas et Volcans Clermont Ferrand, BRGM, Université Orsay, Université Nimes, Université de Saint-Etienne, Université de Toulouse, CREGU Nancy, G2R Nancy, CRPG Nancy, Université de Poitiers, IRD, Université de Grenoble, Université de Bourgogne, Université de Besançon.

• Collaborations externes internationales

Institut of the Earth Crust (Irkutsk, Russie), State key laboratory of lithospheric evolution (Chinese Academy of Sciences, Beijing), University of Calgary (Canada), UQAM (Montréal, Canada), CGQ/INRS-ETE (Québec, Canada), School of Earth and Environmental Sciences of the Seoul National University, (Corée du Sud), FUNDP- Département de Géologie (Belgique), Middle East Technical University - Department of Geological Engineering (Ankara, Turquie), Karadeniz Technical University - Department of Geology (Trabzon, Turquie), Scientific Research Department - Sofia University (Bulgarie), Geological Survey of Finland, CPRM - Serviço Geológico do Brasil (Manaus Brésil), Australian National University (Australie), University of Aarhus, University of Glasgow, Earth Sciences Dpt- Imperial College (London), Mathematics Dpt - Imperial College (London), University of Sao Paulo (Brésil), University of Melbourne (Australie), University of Bergen (Norvège), Stellenbosch University (Af du Sud), University of Oxford (UK), Geological Survey of Western Australia, ETH Zurich (Suisse).

Principaux contrats et projets

Liste des projets financés depuis 2006, portés par les membres de l’équipe

• Projet PICS "Histoire du relief Mésozoique dans la zone Mongol-Okhotsk (Sibérie) : formation, importance et destruction" (2009 à2011).

• Action incitative “Activités Internationales†de l’Université Rennes 1 associée au PICS. (2010). • Action Suivi INSU : "Histoire du relief Mésozoique dans la zone Mongol-Okhotsk (Sibérie) : formation, importance et destruction" (2009).

• INSU RELIEF– Erosion history in Northeast Greenland (2008-2010)

• Rennes Métropole– Achat d’un système pour les analyses des traces de fission (2008)

• EGIDE – program FAST échange avec Australian National University (projet – problèmes inverses transdimensionelles).

• Projet blanc INSU : Transferts de matière et cristallisations métamorphiques : exemple du métasomatisme magnésien (2008-2009)

• Projet bilatéral Picasso entre l’Université de Rennes et l’Université de Barcelone (2006-2007)

• Projet INSU 3F « Circulations de fluides et localisation de la déformation : Le Cisaillement Armoricain  » (2007)

• Projet incitatif INSU "Datation des fluides minéralisateurs associés aux décrochements d’échelle lithosphérique". (2009)

• Allocation d’Installation Scientifique de Rennes Métropole pour le projet :"Installation d’un matériel de cathodoluminescence" (2008)

• Suivi du projet incitatif INSU "Datation des fluides minéralisateurs associés aux décrochements d’échelle lithosphérique" (2010)

• Projet DIVEX (Canada) – Caractérisation structurale et datations 40Ar/39Ar de minéralisation aurifères filoniennes de la région de Val d’Or (Abitibi)

• Projet DIVEX (Canada) – Etude structurale et géochronologique de la zone tectonique de Cadillac (Abitibi, Canada)

• Projet TUBITAK (Turquie) – Compression et Extension dans le sud du Menderes

• Projet TUBITAK (Turquie) – Geochemistry, Geochronology and Geodynamic Evolution of the Tertiary Volcanics in the Northern Zone of Eastern Pontide

• Projet Albanie (financement UQAM Québec) – Modalités et durée de mise en place de l’ophiolite de Mirdita (Albanie)

• Projet Détritiques Appalaches (financement UQAM Québec) – Age et origine des éléments détritiques des bassins d’avant pays des Appalaches

• Projet Ophiolites Québec ((financement UQAM Québec) – Modalités et durée de mise en place du complexe ophiolitique de Thetford Mines (Québec)

• Projet Chili (Financement Chilien) – Arcs magmatiques Crétacé et Eocène au Chili (Géochronologie 40Ar/39Ar et paléomagnétisme)

• Projet CAMEC (Financement industriel) - Age du volcanisme du nord du Kenya

• Projet OR Finlande (Financement Finlandais) - Age de minéralisations aurifères (Finlande)

• Projet CRYPTOMELANE (Financement FUNDP-Namur (Belgique)) - Age des surfaces latéritiques manganésifère du Katanga

• Projet ASPROGEO (INRAP et Région Languedoc Roussillon)– Age des premières traces d’hominidés en Europe occidentale